Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 20:32
Répétition sur la plage de Grand-Case ( Saint-Martin )
Répétition sur la plage de Grand-Case ( Saint-Martin )

Répétition sur la plage de Grand-Case ( Saint-Martin )

Published by Alain Daumer
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 11:25

Première phrase :

" Je vis et je pense à mes risques et périls, ce qui fait que, par moments, j'ai l'air d'un imbécile !

J'y consens : j'ai la fierté de ma bêtise !"

Victor HUGO

Monologue conçu & interprété par Alain Daumer

Published by Alain Daumer
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 11:08

Le voyageur concentre ces tropismes millénaires : le goût pour le mouvement, le désir forcené de mobilité, l'incapacité viscérale à la communion grégaire, la rage de l'indépendance, le culte de la liberté et la passion pour l'improvisation de ses moindres faits et gestes. Il aime son caprice plus que celui de la société dans laquelle il évolue à la manière d'un étranger, il chérit son autonomie placée nettement au-dessus du salut de la cité qu'il habite en acteur d'une pièce dont il ne connaît pas la nature farcesque....Michel ONFRAY

Published by Alain Daumer
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 10:49

" Je ne jalouse pas ces pompeux imbéciles

qui s'extasient devant le terrier d'un lapin.

Car la nature est laide, ennuyeuse et hostile ;

elle n'a aucun message à transmettre aux humains..." Poème "Nature" de Michel HOUELLEBECQ

"...Le grand vent d'intolérance et d'intégrisme qui souffle actuellement sur nos sociétés doit à nouveau nous alerter. Il est menaçant pour nos libertés individuelles comme pour la paix dans le monde. Aussi est-il urgent de réfléchir sur ce que les religions nous apportent mais aussi sur les dangers qu'elles nous font courir..." extrait de " Heureux sans dieu ni religion" de Michel PIQUEMAL

Published by Alain Daumer
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 07:26

1° - "...Alain DAUMER nous livre le roman durant 1h30 avec fougue, malice, intelligence et sait garder l'attention du public (...) autant le texte apparaît d'une extrême richesse, autant Alain DAUMER est fabuleux dans cette performance théâtrale exceptionnelle. Tout en haut de l'affiche du OFF d'Avignon. (montetraslyre.blogspot.com)

2° - " Excellente adaptation. Bravo à Alain DAUMER ! Bravo à cet acteur qui a su rendre intelligible cette magnifique adaptation de "La Chute" de CAMUS, long monologue captivant de bout en bout. Un des moments forts du Festival d'Avignon. Encore Bravo pour ce texte exigeant.( critique sur le site de Billetreduc )

3° - " Pourquoi aller au Théâtre et y voir jouer un texte qu'on a lu, voire relu, au fond de son canapé ? J'en ai eu la réponse hier en assistant à " La Chute " joué par Alain Daumer. Quand on lit, on flirte timidement avec ses sentiments. On pressent que c'est fort, parfois bouleversant. Alors plutôt que de se laisser transporter, on suppose...et l'intellect, notamment chez CAMUS, prend le dessus. Bien sûr on est dans un discours politique, mais dans les coulisses se jouent toutes les émotions de notre malheureux et impuissant ego !

Alors, maintenant, voilà toute la puissance théâtrale d'Alain Daumer.

Le texte est là, architecturé par un phrasé exact. Mais la magie va commencer par un simple déplacement de son corps : 3 pas à gauche pour nous signifier l'arrogance de son personnage. A la lecture, dans notre canapé, on avait une intuition, Alain Daumer nous la confirme par un léger haussement de sourcil et ces brefs sourires interrompus accompagnent, nous guident vers ce sentiment de lâcheté terrible dont nous sommes assaillis chaque jour. Il défigure la Honte en tentant de nous faire sourire par le cynisme. Il va ainsi par une mise en scène minimaliste, scrupuleuse de respect, nous accompagner vers notre tragédie d'Humain et ainsi jouer...

Vraiment : BRAVO

PS. Je pourrais en écrire des pages entières de votre jeu si juste"

Florence Amongaud - Festival Avignon 2016

Re-PS. Et ras-le-bol de ces comédiens tonitruants ( truands ?) qui nous bâillonnent de nos ressentis

Published by Alain Daumer
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:43
Alain Daumer ( "La Chute" de Albert CAMUS ) 14ième Festival d'Avignon

Alain Daumer ( "La Chute" de Albert CAMUS ) 14ième Festival d'Avignon

THéâTRE " Au Bout Là-bas "

23 rue Noël Biret

84000 AVIGNON

du JEUDI 7 au SAMEDI 30 JUILLET à 13h30

Billeterie : réseau FNAC & BILLETREDUC

" Alain DAUMER rend à merveilles les ambiguïtés d'un des personnages les plus fascinants de CAMUS. La réussite théâtrale de cette "Chute" est incontestable." Agnès SPIQUEL - Présidente - Sté des Etudes Camusiennes

" Toutes mes félicitations : Albert CAMUS aurait été content." Ake ERLANDSSON - Directeur - Bibliothèque Nobel - STOCKHOLM

Published by Alain Daumer
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 19:09

​En amour, il ne faut jamais rencontrer son double. Deux amis qui se ressemblent concluent toujours un accord : l'un des deux choisira de rester en arrière, il jouera le rôle du débonnaire, celui qui vient en se sachant d'avance vaincu - il sera, pour son alter égo, le confident, le factotum, le légataire universel.Spectacle rassurant quecelui de deux amis inséparables. Un couple d'amoureux, quand chacun guette chez l'autre une apparition de soi-même, c'est un spectacle qui promet d'être sanglant. Ces amoureux se sont cherchés des années durant, ils ont consacré toute leur énergie à cette quête. Ils se rencontrent, ils tombent, harassés, dans les bras l'un de l'autre ; on croit qu'ils vont s'endormir en paix, se reposer côte à côte, mais non, ils ne se sont retrouvés que pour mieux se massacrer. Au début, ils ne savent pas encore qu'ils se préparent au grand carnage. Ils ressemblent à deux anges qui se cajolent, ils se découvrent des similitudes, se disent frère et soeur ; sont-ils ensemble,ils s'enivrent de leurs silences ; loin l'un de l'autre, ils se réveillent la nuit à la même heure, ils font l'apprentissage de l'insomnie emphatique. Ils rêvent d'une greffe qui les soude l'un à l'autre : ils aspirent à renaître désincarnés, sous la forme de deux anges moitié homme, moitié femme. Ils se traient comme s'ils étaient des blessés graves. Ils méprisent les petits délinquants du bonheur, ces couples pleins de prudence qui se portent mutuellement des coups de canif, qui s'écharpent chaque jour pour ne pas s'entre-tuer, qui font des saignées quotidiennes pour conjurer la tentation du crime. Ils se moquent de ces stratagèmes, ils refusent d'immuniser leur amour. Ils s'exposent et ils se protègent. Chacun à peur d'écorcher l'autre, chacun préserve l'autre de la haine qu'il éprouve pour soi. Seuls rencontrent leur double les timorés et les exaltés qui n'ont pas eu le courage de mourir et qui cherchent de par le monde cette moitié d'eux-mêmes capables de leur donner le coup de grâce. Tueur cherche tueur....

Published by Alain Daumer
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 08:56
...Le libertinage est affaire d'albatros et d'oiseaux sans doubles, tous pourtant convaincus qu'en vertu des affinités électives il existe une fraternité secrète et silencieuse. En fauconnerie, le libertin est l'oiseau qui part et ne revient pas. Ceux-là errent, vont, viennent, circulent. Ils préfèrent Héraclite et son fleuve mobile à Parménide flanqué de sa sphère immobile. Car, avant toute chose, ils aiment l'hédonisme qui permet à la vie d'être réellement vécue avant que la mort n'arrive...
...Si par caprice tel ou tel désirait une métamorphose en arbre, dans une autre existence d'un genre fouriériste, il pourrait choisir de "palmier talipot" dont j'ai vu, dans l'océan Indien, sur les terres foulées par Baudelaire, les feuilles fripées, desséchées, cassantes, brunissantes et laides : le spécimen que j'avais sous les yeux venait de fleurir quelques semaines auparavant et le Mauricien qui m'accompagnait m'a raconté que ce genre d'arbre vivait entre quarante et soixante ans dans le seul dessein d'une unique fleur qui dure très peu. Pour se rattraper de n'avoir rien fait d'autre qu'attendre pendant des décennies le temps de sa floraison, il est sublime, généreux, immense, grandiose, extravagant. Puis, épuisé, il meurt.
Published by Alain Daumer
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 10:44

Bien que Giacomo CASANOVA soit souvent associé à Don Juan comme séducteur, sa vie ne procédait pas de la même philosophie : ce n'était pas un collectionneur qui se détourne de sa conquête dès lors qu'elle est abandonnée ! Il s'attachait et il secourait !

Personnage historique et non de légende (contrairement à Don Juan) jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre !

Tour à tour violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate, chambellan et bibliothécaire, la recherche du plaisir menait son être et pour l'atteindre, il ne dédaignait pas de flouer les dupes et de se moquer des lois !

De CASANOVA subsiste une oeuvre littéraire abondante et méconnue mais il est célèbre aujourd'hui comme aventurier et surtout comme l'homme qui fît de son nom le symbole de la séduction !

Il a eu un corps exceptionnel, il l'a suivi, écouté, pensé, dépensé : c'est cela au fond que l'éternel esprit dévot lui reproche ! On lui appliquera sans cesse la critique mondaine, populiste, marxiste, psychanalytique...et il finira en publicité pour produit de beauté ou en recette de cuisine, c'est sûr !

Pauvre CASANOVA !!!!!!!!!!!!!

Monologue conçu & interprété par Alain DAUMER

" Cette création, qui est le tracé d'un homme qui avance dans sa vérité, est avant tout une subversion implacable de l'ordre, derrière le travestissement...du plaisir !"

Published by Alain Daumer
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 18:16
" Les Voyageurs, les vrais, sont des nomades dans l'âme ! Ils ont ça dans le sang ; même quand ils s'arrêtent, qu'ils ne vont plus nulle part ; il y a toujours en eux une porte d'embarquement, un billet composté pour le rêve ! Tout ce qu'ils ont tient dans 2 malles !" Marie-Sabine ROGER ( Roman "36 chandelles")
Published by alaindaumer
commenter cet article